Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
¿ Cómo Te Lama ?

Ayahuasca - voyage et renaissance -

"Comme le phénix qui pour renaître a besoin de passer par le feu destructeur, j'avais besoin d'être EN FEU pour me sentir libre et qu'une part de moi-même tombât en cendres comme dans quelque sacrifice païen. Et ce désir en moi de voler tel un oiseau pour découvrir l'infini...
J'ai préféré l'intensité à la longévité.
Ma vie amoureuse aussi bien que mon art seraient rituellement sacrifiés sur l'autel du feu éternel."

 

Lettre à Marina 

[ Niki de Saint Phalle ] 

 

Si j'ai eu le courage et le besoin de participer aux rituels d'Ayahuasca c'est parce que tout allait mal et que j'ai une curiosité insatiable. Je ne savais plus quoi faire pour aller mieux mais j'avais vaguement entendu parlé de ça plutôt comme une attraction pour touristes qui recherchent des sensations fortes. 

Il s'avère aussi que j'ai une sainte horreur de ces choses chimiques qu'on nous fait avaler sans cesse au moindre bobo et qu'on ose appeler médicaments.

Je suis de ceux, si tant est qu'il y en ait d'autres, qui pensent que ces produits endommagent le corps plus qu'autre chose et rendent nos défenses immunitaires aussi feignantes que nous-même. C'est pour celà que quand je me sens mal je préfère attendre que celà passe et que mon corps se répare tout seul, aussi pour ça que 90% de mes soins sont à base de plantes. Il n'y a qu'en cas d'extrême nécessité que j'accepte de prendre un médicament..

Et c'est bêtement d'ailleurs que je me suis rendue compte il y a un mois à peine que depuis plus de 10 ans et malgré mes convictions j'endommageais mon corps et mon morale avec la pilule. En la prenant j'avais choisi la facilité mais à quel prix...

Désormais, liberééééééééééééééééée, délivrééééééééééééééééée je ne la prendrai plus jamais...!

Pardon..

 

Donc soigner le coeur et l'esprit de façon naturelle, traditionnelle et ancestrale me paraissait la meilleure option.

 

Avant de parler de mon expérience et de raconter ce que je sais sur l'Ayahuasca je dois dire que je ne veux inciter personne à sauter le pas !

 

Il est important de savoir que c'est la plante qui nous choisit et surtout pas le contraire. 

 

Chacun réagit différemment et si ça se passe à merveille pour certains, c'est un enfer pour d'autres.

En l'associant à d'autres médicaments, en ne prenant pas en compte les indications du chamane ou même guidé par un charlatan, l'ayahuasca peut se révéler dangereuse, voire mortelle. Il ne faut pas prendre ça pour un jeu ou pour une séance de défonce rigolote. L'ayahuasca à des effets secondaires vraiment pénibles et difficiles à gérer, c'est très loin d'être une partie de plaisir, avant toute chose il faut se sentir prêt et y croire. 

 

Certains disent qu'une prise vaut dix ans de thérapie, c'est d'autant plus beau qu'on fait le travail en se retrouvant seul face à soi-même !

 

 

Ayahuasca -  voyage et renaissance -

Nous avons beaucoup parlé avec les Shipibos, nous avions la chance de travailler avec un communauté amazonienne autant en profiter. Lors d'une de leur visite au studio le père de famille nous à apporté des peintures qu'il avait fait pour une expo dans un musée de Lima. Ces peintures étaient les visions de la prise d'ayahuasca, il nous a expliqué les rituels puis nous nous sommes regardés avec mon collègues et en coeur nous avons demandé s'il pouvait nous conseiller un chamane.

Chamane

Chamane

L’Ayahuasca n'est pas une plante inoffensive.

Il s’agit d'un lourd mélange de lianes et autres plantes consommé depuis plusieurs millénaires par les chamanes des tribus indiennes d’Amazonie et servant à déclencher des états de transe divinatoire. Consommées en infusion, ces plantes possèdent de puissants effets psychotropes et hallucinogènes. 

 

Ayahuasca vient du Quechua "Aya" qui signifie ancêtre, âme, défunt et "Huasca" qui veut dire liane, corde. 

Elle contient l'énergie des anciens esprits, c'est le lien qui nous unit à eux et nous aide à retrouver l'harmonie avec la nature et nos proches en nous faisant faire un voyage intérieur qui aide à remettre les choses en place.

Liane d'AyahuascaLiane d'Ayahuasca

Liane d'Ayahuasca

Le premier rendez-vous avec le Chamane ne fut qu'une discussion, nous savions déjà que nous avions contacté une personne compétente mais cette séance nous a encore plus rassuré.

Bien sûr au début le Chamane ne voulait pas me parler, il m'a dit que pour moi ça serait très cher car je ne suis qu'une femme blanche qui veut essayer ça comme on essaye une nouvelle drogue à  la mode. Pour Enrique ce serait presque gratuit car il est Péruvien. 

Une fois que je me suis expliquée avec lui, que je lui ai montré ce qui n'allait pas, que je me suis montrée sincère avec lui en lui disant que je respectais ses traditions et que j'avais vraiment besoin d'être aidée il a enfin voulu m'aider. 

Nous avons donc raconté pourquoi nous voulions accéder à ce genre de soins, nos problèmes physiques et nos bobos du coeur. 

 

Chamane

Chamane

Il nous a expliqué les restrictions que nous devrions suivre durant la semaine afin d'assister à une session.

Pas de sexe, de viande, de produits laitiers, de sel ou d'autres drogues pendant la semaine précédente.

Ne pas manger ni boire après 13h le jour même. Ne pas prendre de médicaments et arrêter tout traitement etc..

 

Ayahuasca -  voyage et renaissance -

Le jour J 

Après une longue journée de travail nous sommes partis voir le chamane, bien sur il est conseillé de vivre l'expérience dans la jungle plutôt que dans la capitale mais on fait comme on peut. Il vivait dans une sorte de garage dans un quartier pas franchement fameux, on frappe trois fois à la porte et elle s'ouvre.

La première fois il n'y avait qu'une table dans la pièce, cette fois il y avait six matelas par terre avec couette et oreillé sur chacun.

Il y avait déjà deux personnes en plus du chamane, un vieil homme à la peau sombre et tellement ridé qu'il me faisait penser à un arbre, à grand-mère (père) feuillage.

L'autre était un jeune homme avec une allure de drogué, les yeux bordés de noir qui venait ici deux à trois fois par semaines pour devenir chamane à son tour. Il avait d'énormes sourcils, lui m'a fait penser à un hibou.

Non en fait ils ne m'ont pas fait penser à ces illustrations, je les ai vu ainsi... 

Nous avons choisi un matelas et nous sommes assis en tailleur pendant que le chaman préparait le breuvage. 

Puis il est venu à nous un par un pour nous souffler du tabac sur la tête et dans la nuque afin de nous purifier, il nous à ensuite soufflé de l'agua de florida au visage tout en chantant des icaros.

 

Bon ok je l'avoue je n'ai pas pu me retenir de rire... 

 

Voir cet homme chanter dans une langue inconnue, s'agiter en costume avec des herbes dans les mains... Je me plongeais dans l'inconnu, dans une situation que je n'avais encore jamais imaginé pouvoir vivre un jour, c'était vraiment curieux et pittoresque mais je pense surtout que c'est le stress qui a parlé.

Chaman soufflant du tabac

Chaman soufflant du tabac

Nous avons bu le breuvage de couleur bien dégueu, et au goût bin... bien dégueu aussi. Super amer, et salé pas franchement agréable.

Après avoir reçu chacun les icaros de la part du chaman nous nous sommes allongés sur notre matelas dans le noir attendant que les visions arrivent. Pendant ce temps nous devions penser aux choses que nous aimerions traiter avec la plante, aux problèmes que nous avons et que nous voudrions régler.

Il est vraiment très dur d'expliquer ce qu'on ressent à ce moment-là car c'est au-delà de tout ce que l'on peut imaginer, mais je vais essayer tout de même.

 

 

Au bout d'une trentaine de minutes ma vision a commencé à changer. Sans exagérer je ne me suis jamais sentie aussi légère et heureuse de ma vie, comme si l'univers me remplissait d'amour jusqu'à un état proche de l'explosion. Les choses n'avaient plus du tout la même ampleur, tout semblait si beau et si important. 

Je me souviens d'un moment où nous avons entendu une musique qui venait de la rue, je ne sais pas ce que réellement cela donnait mais avec Enrique nous avons eu la même réaction ; c'était la plus belle mélodie que nous n'avions jamais entendue !

Doucement je me suis vue me diviser en trois personnes distinctes, le moi allongé - une autre moi assise et veillant ardument à ce que mon voyage se passe à merveille et la dernière en version microscopique qui s'apprétait à faire un voyage dans mon propre corps en mode épisode sur le rhume du " Bus magique" ou de " Il était une fois la vie "

Si Jules Verne a écrit "Voyage au centre de la terre", je pourrais pondre "Voyage au centre de moi-même"

Il était une fois la vie

Il était une fois la vie

En même temps que je sentais la plante se propager en moi je l'accompagnais et lui montrait les endroits de mon corps endommagés. Allongée sur ce fin matelas je sentais les mauvaises énergies se faire expulser de mon corps et cela faisait un bien fou.

Une fois cette étape passée, des personnes, que j'ai tout de suite considéré comme les "grands esprits" étaient penchés au-dessus de moi en plein milieu de l'univers scintillant. Un endroit merveilleux rempli des formes et des couleurs présentent sur les tissus Shipibos. Je pensais à des constellations une sorte de cartographie de l'univers et du temps, où se mêlent lieux et histoires.

Ces grands esprits en plein débat, se demandant s'ils devaient m'aider et me montrer le droit chemin ou non. J'assistais à mon propre jugement.

Pendant les trois heures de visions mon deuxième clone prenait soin de moi en me rassurant sur le fait que cette situation ne serait pas éternelle que ça m'aiderait à aller mieux que je ne devais pas avoir peur car tout irait bien.

C'est ce soir-là que j'ai compris la signification du verbe "voir", mais je ne saurais malheureusement l'expliquer avec des mots. Les plantes nous ouvrent les voies d'accès au fantastique en nous aidant à découvrir le sens de notre existence. 

Comme passer de l'autre côté de la vie.

Ayahuasca -  voyage et renaissance -

Bref il s'en est passé des choses dans ma petite cabeza.

C'était de l'inconscience - consciente ...

Au bout des trois heures tout s'est arrêté d'un coup et j'ai eu envie de partir. Je me suis levée et je suis sortie. 

Les effets ne se dissipent que dans les 24 heures qui suivent la prise c'est pour cela qu'on ne doit toujours pas manger jusqu'au lendemain en fin d'après-midi.

Forcément le chemin de retour m'a paru plutôt particulier, je me suis cru en France je voyais des magasins Leclercs et autres. J'ai bien choisi mon soir en plus car c'était le jour de mon déménagement dans la casa feliz.

De quoi bien commencer une nouvelle vie. 

Renaitre comme une phénix

 

 

 

 

Ayahuasca -  voyage et renaissance -

Depuis j'ai compris l'importance de la nature, de l'entraide, je suis calme et posée, j'ai un regard totalement différent sur la vie et le monde. Rien n'a le même gout, même les choses les plus insignifiantes ont pourtant une grande importance. J'ai compris ce que je voulais faire de ma vie, et comment je devais la vivre. J'ai réussi à pardonner, à me dire "c'est du passé", à laisser courir la vie sans avoir besoin de la diriger, j'ai compris que je devais me battre pour les choses auquel je crois. J'ai compris la place que j'ai sur terre et dans le temps. Je suis tellement reconnaissante de cette expérience mais je sais maintenant que ce n'est pas pour rien que j'ai suivi ce chemin et que je me suis retrouvée à cet endroit.

 

N'hésitez pas à vous abonner et à me suivre pour être au courat de la suite ;)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article