Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
¿ Cómo Te Lama ?

Los Shipibos

Après la culture Wari je tiens à présenter la communauté Shipibos. Travailler avec eux fut une des choses les plus intéressantes et enrichissantes que j'ai pu faire lors de mon stage au Pérou.

En revenant de Mancora la designer nous a demandé d'aller rencontrer la communauté Shipibos de Lima afin qu'ils travaillent pour le prochain défilé. Durant ses vacances elle leur avait acheté un bracelet, comme la qualité et l'originalité de leur travail été frappante nous devions l'intégrer aux vêtements.

Malheureusement après toutes les épreuves que fut cette collaboration avec les Shipibos leur travail n'a pas fait partie du défilé...

 

Bracelets Shipibos - PulserasBracelets Shipibos - Pulseras

Bracelets Shipibos - Pulseras

La seule chose qui fut créée durant mon stage avec le travail des Shipibos sont ces chaussures

Los Shipibos

Les Shipibos sont l'un des plus grands groupes ethniques de l'Amazonie péruvienne. Les céramiques les plus anciennes retrouvées situent le commencement de la communauté Shipibo vers 2000 avant JC. Leur langue est fortement imprégnée de Quechua suite aux contacts avec les Incas et mixée avec une autre langue aujourd’hui disparue.

Située le long de la rivière Ucayali dans la forêt tropicale amazonienne, cette tribu a plus ou moins maintenu son identité tribale elle continue à pratiquer ses traditions et croyances chamaniques. Dont la cérémonie Ayahuasca, hallucinogène chamanique de plantes indigènes de la forêt amazonienne. Le but de l'Ayahuasca est de revenir à l'origine de toutes choses, où l'individu voit la création de l'univers. Le cosmos,  « l’ensemble universel des choses » a une grande importance dans la vie et les croyances des Shipibos. Tout ce qui existe forme un tout, pour être en équilibre avec soi-même et l’univers, pour être en bonne santé, tout doit être en harmonie. Cette représentation d’un monde harmonieux se retrouve dans l’artisanat Shipibo.

Les dessins sont faits sur coton non teint naturel ou sur coton teints avec de l'écorce d'acajou qui lui donne une couleur brune.
En utilisant des bâtons de bambou et de petits fruits écrasés qui deviennent bleu-brun-noir une fois exposés à l'air. 

 

Los Shipibos

Le chaman va transformer ses visions en sons que les artistes féminines traduiront dans les motifs géométriques peints et brodés sur textiles et céramiques. Leur artisanat est d’une rare qualité, les couleurs et les motifs sont d’une beauté et d’une richesse incroyable. Il est enseigné aux enfants dès leurs 4 ans.

Une légende dit que les dessins Shipibos sont une sorte de partition, que chaque représentation à une musique et un chant distinct. Les chants de guérison visuels sont appelés Icaros. Herlinda Agustin fait partie des Shipibos qui font vivre cette légende. Selon elle, un design spécifique représente une chanson spécifique, et vice-versa. Elle explique que certains dessins peuvent chanter, à un niveau spirituel, induite par l'ingestion d'Ayahuasca. 

La légende mentionne un fait surprenant disant que les femmes Shipibo peignant sur une grande céramique, chacune de leur côté en chantant peuvent produire un dessin parfaitement symétrique.

Mais il ne s'agit que d'une légende

 

Art Shipibo

Art Shipibo

Sac Shipibo offert par un ami apprenti chamane de passage chez moi

Sac Shipibo offert par un ami apprenti chamane de passage chez moi

Ce qui caractérise principalement la culture Shipibo, c’est la relation que l’individu entretient avec les plantes. On trouve des milliers de plantes médicinales au sein de la communauté. Celles-ci sont surtout utilisées par les chamanes qui connaissent les vertus de chacune, leur donnant un rôle très important dans la communauté.

On m'a dit une fois que les Shipibos pensent que chaque plante est unique, que sur dix roses chacune a un pouvoir différent. Et comme chaque individu est différent, on ne peut être soigné par la même plante. Il faut alors trouver la bonne plante qui pourra soigner la bonne personne.

Tellement poétique

La plante maîtresse utilisée par le chaman est l’Ayahuasca, plante enthéogène (substance psychotrope induisant un état modifié de conscience utilisée à des fins religieuses, spirituelles ou chamaniques)

L'ayauhasca est sacrée et reconnue pour ses vertus médicinales, les chamanes pratiquent encore de nos jours des cérémonies et rituels de guérison pour soigner leur village et quelques étrangers triés sur le volet dont j'ai eu la chance de faire partie.

(Récit dans le prochain article)

Shipibos - images de MarotoShipibos - images de Maroto

Shipibos - images de Maroto

Avec Enrique (assistant designer) nous sommes allés rencontrer la communauté Shipibos vivant à Lima. Biensur la designer ne nous a pas accompagnés car il s'agit d'un des endroits les plus dangereux de la ville. Nous avons donc pris les services d'un chauffeur afin d'avoir quelqu'un pour nous protéger car bien sûr nous devions nous déplacer avec de l'argent afin de conclure le contrat. En tant que femme blanche j'avais aussi plus de probabilité d'être agressée. 

Après un très long trajet depuis la villa nous sommes arrivés au bidon ville

et là ce fut le choc..

 

Des habitations en tole et bouts de bois, les hommes qui picolent à l'entrée de la communauté en début d'après-midi. La misère en pleine face. L'endroit est tellement dangereux qu'il y a un policier armé tous les 10 mètres. 

Nous avions rendez-vous avec la famille que la designer a rencontré à Mancora, la femme nous attendait à l'entrée du camp. Elle nous à montré l'école Shipiba où les enfants de la communauté vont afin d'apprendre à lire, écrire, compter mais aussi tisser et parler comme leurs ancêtres.

La communauté est venue s'installer à Lima  il y à 20 ans lorsque leur habitat a été détruit par l'exploitation forestière et le terrorisme. Malheureusement aujourd'hui, les plans pour nettoyer le bidonville où ils vivent les poussent loin encore une fois. Après avoir perdu la beauté de la jungle si importante à leurs yeux pour l'horreur des bidons villes ils sont une nouvelle fois expulsés. 

Elle nous a ensuite invités dans sa maison familiale. Elle, son mari et leurs cinq enfants vivent dans une seule petite pièce d'une dizaine de mètres carrés avec un simple matelas au milieu, un évier et un feu au sol pour cuisiner. Pas de douche, pas de WC, rien qu'une seule pièce en mezzanine avec lits en bas et en haut.

Un seul souffle du méchant loup pourrait faire s'écrouler cet habitat de fortune.

Ce fut un moment extrêmement difficile.

Voir cette famille vivre dans ces conditions m'a bouleversée. D'autant plus que la designer nous avait demandé de marchander avec eux le prix du travail qu'ils devaient nous fournir. Je laisse imaginer le sentiment qui vous envahit quand vous devez marchander avec des personnes qui n'ont absolument rien pour une personne qui a tout et bien pluuuuuus encore, pour remontrer dans un taxi de luxe où vous attend votre chauffeur.

Sur le chemin du retour nous n'avons pas dit un mot.

 

 

Bienvenidos .. au bidon ville

Bienvenidos .. au bidon ville

Los Shipibos
Los ShipibosLos Shipibos
Los Shipibos

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article